vendredi 30 avril 2010

IKI

Vu ma déveine actuelle, je vais voler un peu moins (pour cause, je n'ai quasi-plus de planeur en état, pfff...) et me remettre un peu à la construction!

Bon, autant le dire de suite, je vais y aller très, mais alors TRES, tranquille!!!

Cela fait quelques temps que j'ai un fuseau d'Aubrac (origine CCM) qui traîne sur une étagère. Il s'agit d'un fuseau pour un planeur d'environ 3 mètres d'envergure typé "voltige académique". N'ayant pas envie de passer actuellement du temps à paramétrer ma CNC, je me suis procuré des noyaux, en polystyrène extrudé cette fois...

L'extrudé, contrairement à l'expansé (petites billes blanches), à un GROS défaut, c'est que la stratification peut "cloquer" quelques temps après sa réalisation! Pour palier cet inconvénient, dont deux causes sont avancées : dégazage du matériaux ou réaction à l'humidité, il faut trouver un moyen pour bien aérer et sécher les noyaux. Donc, soit passage en étuve, soit laisser plusieurs jours à l'air libre dans un endroit sec. Autre chose, la valeur de vide à appliquer avoisine les -0,5bars, donc, sans pompe à vide, il est illusoire d'atteindre cette valeur (style par pressage, comme je faisais au début...). L'avantage, car il faut bien qu'il y en ait un pour que je choisisse de me faire ch*** avec cette matière, c'est que l'aspect de surface ne présente pas d'effet "peau d'orange".

La combinaison de profils retenue est TP 66/66S, qui se veut une amélioration du SB 96V/VS qui équipe les Excaliburs et autres Sonics... Le stab sera en TP 29 à 8%.

Concernant la construction, je vais "innover" sur deux points :
- je vais faire un vrai longeron, une âme balsa gainée de carbone!
- la commande des ailerons (pas des volets...) sera de type RDS, c'est à dire entrainement direct via une tige coudée. Lors de cette étape, les photos seront plus parlantes qu'un long descriptif à cet endroit...

Quoi d'autre? IKI était le nom de baptême que j'avais donné à un planeur à mes débuts dans la construction. Ne parvenant pas à stratifier correctement mes ailes, j'avais abandonné le projet!

IKI est issu du chinois et pourrait se traduire par "vivre, respirer", je trouve que ça va bien avec la mentalité de ce loisir se pratiquant au grand air...


3 commentaires:

Enregistrer un commentaire